Tout savoir sur les pesticides

Tiré du latin pestis (fléau) et caedere (tuer), le terme pesticide englobe les substances utilisées pour combattre, repousser ou limiter les actions des organismes indésirables et nuisibles dans les cultures. Son usage ne date pas d’hier vu que son apparition remonte à la Grèce antique. L’essor de la chimie minérale au XIXe siècle offre un tremplin dans l’évolution des pesticides, et notamment en 1874 avec le sulfate de cuivre (la bouillie bordelaise) ou le mercure.

Le DDT tel que l‘on connait aujourd’hui ne fut synthétisé qu’en 1939 par Paul Hermann Müller après avoir repris les travaux d’Othmar Zeidler. Actuellement, on compte plus de 350 produits similaires mis à disposition des consommateurs dans la Communauté européenne.

pesticides agriculture

Les principaux types de pesticides

Les pesticides avancent des propriétés chimiques similaires entre eux. Toutefois, on peut les classer en quatre grandes familles en fonction de leur usage. On retrouve alors :

  • Les insecticides : on les utilise dans le but d’éliminer les insectes nuisibles dans les cultures ou les plantations. Ils agissent soit par contact, ingestion ou inhalation.
  • Les herbicides: on les emploie afin de se débarrasser des mauvaises herbes (désherbant) empêchant la croissance et l’épanouissement des végétaux d’intérêt.
  • Les fongicides: ils sont capables d’éliminer les champignons responsables de diverses maladies chez les plantes comme les parasites, les moisissures, etc.
  • Les autres: il existe une large variété de pesticides avançant des caractéristiques spécifiques, composés d’un ou de plusieurs principes actifs. D’origine naturelle ou synthétique, on les distingue grâce à leur suffixe – de comme les ovicides (œufs), les larvicides (larves), les bactéricides (bactéries), les molluscicides (mollusques), les rodenticides (rongeurs)

 

Les pesticides : un réel danger ?

Depuis maintenant près d’un demi-siècle, d’innombrables études et enquêtes ont été amenées afin de déterminer l’implication des pesticides dans l’apparition de certaines pathologies. Ces dernières ont surtout été constatées chez les individus ayant été exposés directement à ces substances, notamment les professionnels ainsi que la population agricole. On a pu déduire alors que les insecticides peuvent être responsables de maladies neurologiques, de troubles de la reproduction et d’augmenter le risque de cancer.

D’après le CIRC (Centre International de recherche sur le Cancer), cinq pesticides seraient dangereux pour l’organisme :

  • Le glyphosate: cause directement des dégâts sur les cellules provoquant des lésions chromosomiques
  • Le malathion: impacte dans le lymphome de Hodgkin et le cancer de la prostate
  • Le diazinon: favorise le cancer des poumons
  • Le tetrachlorvinphos et le parathion: aujourd’hui interdit en Europe, ils seraient à l’origine des cancers observés sur des animaux en laboratoire.

 

Les avantages et limites des pesticides

On ne recense pas seulement des inconvénients quant à l’utilisation des pesticides. Leur appellation en « produits phytosanitaires » ou « produits phytopharmaceutiques » leur renvoie à une nouvelle identité estimée plus positive et plus médicale. Les pesticides sont considérés comme néfastes pour la santé. Cependant, ils entrent en jeu pour assurer les productions régionales en renforçant la protection des plantations agricoles contre les parasites et les maladies.

Par conséquent, la diminution de la production agricole entrainerait une décroissance du rendement et évidemment une hausse des prix. Sans pesticides, on rencontrera également une baisse de la qualité des récoltes et un accroissement du gaspillage alimentaire. Ceci conduirait à une augmentation nette du taux d’importation.

Comment cadencer alors entre ces arguments et les dangers liés l’usage des pesticides ? Tout simplement en misant sur une utilisation responsable de ces substances afin d’en tirer les différents avantages écologiques.

Post author