Les perturbateurs endocriniens

Les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans notre quotidien. On les retrouve dans l’environnement, l’alimentation, les cosmétiques, l’air, l’eau, bref, dans notre vie de tous les jours. Mais aussi, ils sont suspectés de favoriser l’apparition de divers troubles et maladies suite à leur interaction avec notre système hormonal.

perturbateurs endocriniens

Quels sont les perturbateurs endocriniens ?

Endocrinien signifie relatif aux glandes endocrines. Lorsqu’on aborde le sujet, il faut impérativement passer par la case « hormone ». C’est une molécule sécrétée par des cellules du corps ayant pour mission de réguler de nombreuses fonctions de celui-ci. Cette substance chimique exerce ensuite une action spécifique pour assurer le bon fonctionnement d’un organe.

Le perturbateur endocrinien (PE) quant à lui, est une molécule de synthèse ou naturelle exogène. C’est-à-dire, il provient de l’extérieur de l’organisme pour ensuite être ingéré. Il interfère avec le système hormonal créant un dysfonctionnement comme la limitation de son action. Ils sont présents dans les pesticides, les produits ménagers, les vêtements, les meubles ou encore dans les cosmétiques. Dans ce dernier volet, on les reconnait surtout dans leur rôle de conservateurs ou de parfums. Les plus connus sont :

  • Les silicones : ils permettent d’avoir une peau douce ou encore des cheveux brillants. Ce sont des matières minérales résultantes de la transformation chimique du silicium.
  • Les huiles minérales : dérivées du pétrole, elles agissent différemment selon leur famille. Certaines ont pour rôle de lisser la peau tandis que d’autres sont émollientes et hydratantes.
  • Les sulfates : ils servent d’agents moussants ou de colorants. Ils sont antimicrobiens et antistatiques.
  • Les parabens, le BHT, le BHA, le triclosan : ils entrent en jeu dans la stabilité et la conservation du produit dans le temps. Ainsi, il ne s’altère pas dans le temps et garde son aspect, son odeur ainsi que ses propriétés.

 

Quel est leur champ d’action et comment les éviter ?

Sur les premières études, ont été dévoilés leur mode d’intervention :

  • Les PE sont capables de mimer les actions des hormones pour ensuite envoyer de faux messages aux organes.
  • Les PE se fixent sur les récepteurs hormonaux en gênant en bloquant ou en modifiant le mécanisme de production des hormones.

Les conséquences varient selon les doses d’ingestion, mais aussi de la durée d’exposition du corps face aux PE. Ces derniers sont pointés du doigt comme étant à l’origine de divers maux comme : l’altération des fonctions de reproduction, la baisse de fertilité, la malformation de certains organes, l’obésité, ou encore la puberté précoce. Des spécialistes les classifient également comme source de certaines pathologies comme le cancer.

La meilleure solution pour les repérer serait de posséder une liste des substances indésirables établies par l’INCI, Que-Choisir ou 60 millions de consommateurs, afin de vérifier les ingrédients sur le packaging. Il y a également l’option scan des produits durant l’achat. Pour cela, on utilise son smartphone en scannant le code-barre de l’étiquette pour être informé sur la composition du produit.

Afin d’éviter les PE, une alternative se présente à vous. Optez pour les cosmétiques bio. En général, leur conception respecte des chartes et des normes strictes restreignant l’utilisation des substances interdite. Ils sont certifiés et portent des labels tels que Ecocert, Cosmebio, BDIH, ou encore Nature & Progrès, garantissant leur fiabilité concernant leur faible teneur en PE.

Post author