Se lancer dans la cosmétique bio

Ça y est, vous avez décidé de lancer votre propre marque de cosmétique. Toutefois, la route est longue et pour arriver à bout de votre passion, il faudra passer par de nombreuses procédures obligatoires. Et si vous ne savez pas par où commencer, on vous conseille sur les démarches à suivre.

se lancer dans la cosmétique bio

 

Comment fabrique-t-on un produit cosmétique ?

Si vous avez le projet de développer votre propre produit cosmétique, voici les étapes que vous devez entreprendre :

  • La gestion du projet : on élabore une stratégie marketing afin de déterminer la thématique et la nature du marché où l’on souhaite se positionner. Il regroupe les informations détaillées sur les consommateurs cibles, la fonction et le domaine d’application du produit, les ingrédients et leur provenance, le contenu nominal, le packaging, l’univers olfactif, le prix et aussi la date de sortie.
  • La conception : elle s’ensuit après l’établissement du cahier de charge. On recherche les matières premières, on établit les prototypes de formules pour les affiner au niveau de la texture, la sensorialité, l’efficacité et l’aspect hédonique.
  • Les tests et la validation : au vu de valider votre produit, il faudra réaliser une batterie de tests afin d’évaluer sa stabilité, sa conservation, son innocuité et son efficacité.
  • La règlementation : des mentions d’étiquetage règlementaire et commercial doivent impérativement figurer sur le packaging du produit selon l’article 19. Les informations détaillées des résultats des tests, validant les formules, doivent également être rédigées dans le DIP (Dossier d’Information sur les Produits) selon l’article 11. Enregistrez votre produit sur le Portail Européen de Notification Cosmétique (CPNP) pour éviter les contrefaçons ou les fraudes.
  • La fabrication : c’est la phase de concrétisation, il est temps de planifier la production de votre produit en vous approvisionnant en matières premières et en articles de conditionnement.
  • Le lancement : dévoilez votre marque et vos produits au grand public. Organisez par exemple un évènement ou des campagnes de publicité sur les réseaux sociaux ou dans les médias pour vous faire connaitre.

 

Quels prérequis pour créer sa marque de cosmétiques ?

Pour se lancer dans le secteur du cosmétique, il existe de nombreuses possibilités des formations aboutissant à des diplômes comme :

  • Le Bac pro esthétique cosmétique
  • Le CAP esthétique
  • Le Brevet esthétique cosmétique parfumerie (Brevet Professionnel)
  • Le BTS Cosmétique (Brevet de Technicien supérieur)
  • La licence professionnelle
  • Le master en cosmétique

Aussi, il est difficile de définir un budget précis pour le lancement de sa propre marque du fait que les projets sont différents et ne requiert pas le même investissement. Toutefois, on estime que la fourchette est comprise entre 5000 et 10 000 euros.

 

Quelles règlementations et démarches à connaitre ?

Pour pouvoir commercialiser des produits cosmétiques en Europe, il est nécessaire de répondre aux exigences du Règlement Européen (CE) n° 1223/2009 et de respecter les Bonnes Pratiques de Fabrication (dites BPF) énoncées dans la norme ISO 22716.

La démarche à suivre dans le lancement d’un cosmétique bio est relativement similaire au conventionnel. Les étapes à suivre sont : la conception, les tests et la validation, la règlementation, la fabrication et la mise sur le marché. La constitution d’un DIP est obligatoire. Il regroupe les formules et les méthodes de fabrication du dit cosmétique. Il doit contenir une attestation certifiant la non-expérimentation de test sur les animaux. Il est mis à jour régulièrement et doit rester à disposition du DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes).

L’étiquetage quant à lui, doit contenir les mentions suivantes :

  • Le nom du produit, celui du fabricant et son adresse
  • La teneur en ingrédients naturels et/ou bio doit être indiquée
  • Le numéro du lot pour la traçabilité
  • La période après ouverture
  • La fonction du produit
  • Les précautions d’emploi
  • Le label d’un organisme certificateur

 

Post author